Inde : sur les routes du Ladakh, de Leh à Srinagar

Je suis partie en juin dernier avec notre partenaire indien sur les routes du Ladakh…

Inde-Ladakh-Route de Lamayuru à Khargil (5)

De Leh à Srinagar, découverte d’une région fascinante dans ces hautes vallées de l’Himalaya. Le Ladakh (« entre les cols ») est un pays de haute altitude, coincé entre les deux plus hautes chaînes du monde, l’Himalaya et le Karakoram. Au centre, coule un des plus grands fleuves du monde, l’Indus,  principale source d’eau pour les paysans de la région.

carte-ladakh

 Atterrissage à 3600m d’altitude ! Une sensation très particulière, sans doute causée par l’altitude. Une beauté cristalline, un air léger qui donne l’impression de ne pas avoir posé le pied à terre…La tête tourne un peu…

Ladakh, India

Le premier contact avec le pays passe par sa capitale,  Leh,  point de départ de nombreuses expéditions dans la montagne. Elle accueille des voyageurs du monde entier dans une ambiance de grand bazar du monde oriental. Sikhs enturbannés, Dravidiens, marchands musulmans, commerçants tibétains se côtoient.

Construite au pied d’une falaise que domine le palais royal, elle présente des petites maisons aux toits plats,  serrées les unes aux autres avec des boutiques ouvertes sur la rue. Une occasion de flâner dans les ruelles et les nombreux marchés tibétains. Les visages ne sont pas vraiment indiens mais venus de l’autre côté des montagnes, de l’Asie centrale…

 

Ancien royaume du vaste empire tibétain, le Ladakh en partage fortement la culture et la religion. Ce fut autrefois une étape importante pour les caravanes de la Route de la Soie. Les échanges culturels et commerciaux avec le Tibet étaient alors importants et sont à l’origine de la richesse des splendides monastères bouddhistes.

Les paysages arides sont parsemés de superbes oasis habitées par une population chaleureuse à majorité bouddhiste lamaïste.

Inde-Ladakh-Likir (7)

Bien installée dans ma petite auberge au cœur de la ville, j’ai quelques jours pour explorer la vallée de l’Indus et ses multiples monastères construits de part et d’autre.

Au détour de ces routes en lacets, apparaissent ces étonnantes constructions de plusieurs étages à l’architecture très caractéristique.

 

Juchés sur des éperons rocheux, ils sont prétextes à admirer des paysages aux contrastes saisissants. L’ocre de la roche, le ruban des cours d’eau, la luxuriance des rizières sur fond de sommets enneigés…

Inde-Ladakh-Stakna (5)

La sérénité des lieux est puissante. Le silence est profond. Je ne me lasse pas de ces vues imprenables.

 

L’intérieur des monastères est toujours très coloré. Les murs sont recouverts de fresques multiples faisant référence à la vie du Bouddha et aux multiples dieux…

Un univers préservé des ravages que connait le Tibet !

 

L’importance des bâtiments grandit à mesure que l’on s’élève. L’on retrouve et visite habituellement les lhakhang (salle de méditation), les dukhang (salles de réunion) puis le chokhang abritant le rimpoche.  Enfin le gonkhang (temple des divinités).

Le paysage invite à la promenade. Les villages et les hameaux sont installés au cœur d’oasis, le long de torrents qui descendent des glaciers et irriguent des champs en terrasse d’orge, blé, de pois. Nous franchissons ce réseau de canaux par de petits ponts construits par les habitants.  Les peupliers et les saules dominent la vallée.

 

Au loin, on peut apercevoir des chortens, blanchis à la chaux, qui se dressent fièrement comme les gardiens de cette vie rurale.

Marcher à travers champs dans ces lieux si sereins est un vrai bonheur ! Une occasion de croiser les paysans qui me saluent : « Djulé »

 

IMG-20170701-WA0039
Le majestueux monastère de Thiksey domine la vallée de l’Indus

J’ai eu la chance d’assister au festival d’Hémis, l’un des plus connus et des plus grandioses du Ladakh.

 

La fête a lieu dans la cour principale du gompa. Les lamas sont vêtus de somptueuses robes de brocart et portent des masques aussi colorés qu’expressifs. Les danses relatent la vie de Padmasambhava.

 

La lenteur des gestes des danseurs, la musique lancinante, les costumes aux couleurs chatoyantes sont envoutantes.

Nous quittons la région de Leh pour poursuivre  vers l’ouest. Une route splendide mène à Likir puis Basgo, Lamayuru et Alchi.

Inde-Ladakh-Lamayuru (2)

A Likir, une petite cérémonie a lieu sur le toit du monastère. Nous sommes accueillis chaleureusement par les moines.

 

 

Un coup de cœur particulier pour le fort de Basgo qui se dresse sur des falaises rouge et ravinées. La vue est époustouflante

 

IMG-20170704-WA0005

Certains gompas plus reculés permettent des rencontres fortuites avec les moines, l’occasion de discuter avec eux de la vie monastique…L’un d’entre eux fait un petit bout de chemin avec nous… 

 

A Alchi, la végétation change et les vallées se couvrent d’arbres fruitiers. Abricotiers, pommiers, noyers…Il faut goûter le savoureux jus d’abricot d’Alchi, un vrai régal !

Inde-Ladakh-Sabou (3)

Le monastère d’Alchi est un chef d’œuvre, dans un lieu magique, isolé du monde. Partiellement construit en bois finement sculpté, il possède des peintures miraculeusement conservées.

 

Inde-Ladakh-Festival chapeau
Le tipi, chapeau cylindrique d’environ 10 cm de haut, recouvert de velours et brodé de fil d’argent

A Lamayuru, le plus ancien gompa du Ladakh :

 

Nous poursuivons notre route. Le paysage est changeant et baigne dans une lumière intense, si particulière à ces régions himalayennes. La route longe des gorges vertigineuses. D’impressionnants virages mènent progressivement au col de Zoji puis Fotula (4100 m).

Inde-Ladakh-Route de Lamayuru à Khargil (16)

Les montagnes dénudées forment une étonnante palette de couleurs nuancées de l’ocre au rouille. Âpre et sauvage, c’est un paysage minéral qui s’offre à nous.

 

La route vers le Cachemire est longue et fatigante pour le chauffeur mais inoubliable pour moi qui ai tout le loisir de savourer ces paysages…Les montagnes nues et désolées, désert de granit , accumulation de roches composent le paysage…Une impression étrange d’être sur la lune !

Inde-Ladakh-Lamayuru (5)

L’armée contrôle cette route étroite entourée par les hautes chaînes du Zanskar et du Karakorum.  Les hauts sommets couverts de neige en toile de fond…Les convois militaires sont nombreux. Les soldats indiens font face au Chinois établis au Tibet ainsi qu’aux pakistanais du Balistan, ancienne province du Cachemire à majorité musulmane.

Nous apercevons au loin, en contrebas, de multiples petites taches multicolores. Ceux sont les tentes des pèlerins du fameux pèlerinage d’Armanath. Il a lieu une fois par an. 30 000 pèlerins se rassemblent après plusieurs jours de marche pour approcher le lingam, le toucher un instant et se laver de tous péchés. Un bonheur immense et tant attendu  !

 

Passage à Drass, seconde ville habitée la plus froide au monde ! L’hiver, elle se vide de ses habitants qui se réfugient dans les hauteurs. Nous sommes invités à boire un thé bien fort, avec beaucoup de lait et de sucre qui nous réchauffera…

Le contraste entre les étendues désertiques du Ladakh et la vallée verdoyante du Cachemire se fait sentir…Les montagnes se couvrent progressivement d’un fin duvet de verdure qui s’épaissit au fur et à mesure que nous avançons…

 

Arrivée à Srinagar, la plus grande ville de l’Himalaya. « S’il y a un paradis sur terre, c’est ici ! » selon Akbar, à l’origine des fameux jardins moghols, succession de terrasses fleuries où l’eau s’écoule vers le lac.

 

Srinagar  possède une vieille ville au cachet médiéval et une couronne de montagnes et de rizières en terrasses, sur les rives de la Jhelum. Ses rues sinueuses, ses hautes demeures en brique et ponts voûtés en font une ville de caractère, très agréable à parcourir à pied.

 

Majoritairement musulmane, l’ambiance est maintenant tout autre. Nous sommes tout près du Pakistan.

 

Le lac Dal est mythique…Le maharadjah de Jammu ayant interdit la vente des terres, les anglais ont construit leur maison sur le lac faisant des maisons flottantes de véritables habitats au style raffiné.

 

Un vrai bonheur que de s’installer très confortablement à bord d’un houseboat sur le lac Dal. Une expérience magique, un dépaysement garanti !

 

Prendre son petit déjeuner sur le ponton fleuri au bord de l’eau, à la fraicheur du matin pour admirer la beauté de cet univers aquatique…Le paysage est paisible, les fleurs de lotus s’ouvrent progressivement à la lueur du soleil, les habitants du lac glissent sur leur gracieuse gondole qu’ils manient à la rame avec dextérité.

 

Les « Hanji » pratiquent une culture maraîchère et cultivent concombre, melons, tomates, pommes de terre, carottes, choux…Tôt le matin, il faut se rendre au marché flottant pour goûter à l’atmosphère qui règne sur le lac.

 

Inde- Cachemire-Srinagar- Lac Dal (18)

Je ne me lasse pas des promenades sur le lac à bord de mon shikara…Un voyage qui se termine tout en douceur, loin des tumultes de ce Cachemire si convoité !

Paris, le 12 octobre 2017

Elisabeth de Joussineau

Retrouvez plus d’information sur ce voyage ici …


Retrouvez également toute notre actualité en rejoignant sur :

facebook50 Facebook ici
google-plus-100 Google+ ici…
Twitter_logo_blue_50 Twitter ici…

Laisser un commentaire

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :