Inde du Sud : récit de voyage (Karnataka – Kerala – Tamil Nadu)

Du 23 novembre au 4 novembre 2015 – 12 jours

Me voilà partie pour un repérage en Inde du Sud, une vaste destination ! J’arrive à Bangalore au Karnataka pour repartir de Chennai au Tamil Nadu, avec une petite incursion évidemment au cœur du Kerala !

Mon périple commence par un arrêt au site de Sravanabelgola où se trouve la plus haute statue monolithique de l’Inde, près de 18 mètres de haut ! Grand lieu du jaïnisme.

C’est au Karnataka, que l’on retrouve le style extraordinaire et unique des Hoysalas (XIème siècle)…Belur, Halibid , Somnathpur près de Mysore en sont des exemples magnifiques, grâce à la finesse de leurs sculptures.

A Mysore, je découvre mon premier marché, l’occasion de pénétrer l’ambiance colorée et pittoresque de la vie locale.

Epices, parfums de jasmin, légumes et fruits à profusion, bananes de toutes les couleurs !

Le palais de Mysore présente un magnifique gopuram.

Je poursuis mon voyage vers les mont Nilgiri. Un train miniature classé au patrimoine mondial de l’UNESCO et construit par les Britanniques en 1900 s’accroche à flanc de montagne et offre des vues splendides sur la nature. Voyageurs étrangers et voyageurs indiens se côtoient pour partager ensemble ce moment de plaisir !

A peine le temps de débarquer, nous devons partir pour la région de Palakkad… Niché au cœur d’une magnifique palmeraie, à l’écart de tous les circuits habituels, un joli village doté d’un temple somptueux organise un festival des éléphants. Un moment magique où des centaines d’habitants vêtus de saris colorés, de longis, s’affèrent aux préparatifs. Malheureusement, n’étant pas hindou, je ne peux pénétrer dans le temple. Au crépuscule, le temple s’illumine de milliers de bougies et les éléphants parés d’or pénètrent sur la place, accompagnés de musiciens.

Je suis la seule étrangère mais je me sens tout à fait à mon aise. Je peux me promener dans les rizières à ma guise, échanger avec les femmes… Je visite un petit village exclusivement brahmane, riche de belles maisons anciennes. Une famille m’accueille chaleureusement dans sa maison pour un chaï.

Je suis installée au « Kairali Ayurvedic resort », une occasion d’en apprendre plus sur cette médecine traditionnelle « savoir de longévité » qui attire de plus en plus d’adeptes dans le monde entier. Petite séance de yoga à la lueur du jour avant de commencer ma journée !

En route pour la visite de l’école de Kalamandalam à Cheruthuruthy, une académie de danse et chant traditionnel, de « Kathakali »… Les élèves sont d’une rigueur et d’un niveau professionnel étonnant.

Quant au Kathakali, les costumes et les maquillages sont très impressionnants, mais le spectacle d’un ennui terrible !! Je suis perplexe devant la dextérité des enfants à rester en place pendant 3h!

Me voilà aujourd’hui à Cochin, ou plutôt Kochi ! J’ai la chance d’avoir un très bon guide francophone pour moi seule. Je m’empresse de lui poser un tas de questions ! Il est passionnant ! Je découvre la vieille ville, ses maisons coloniales de style indien et européen, la magnifique synagogue dans le quartier juif où seuls six juifs vivent encore…, la visite amusante d’une laverie et les fameux filets chinois, « carrelets » de pêche, le long de la plage.

La ville retrace les arrivées successives des Portugais, autour de 1500, puis des Hollandais en 1660, enfin des Anglais en 1795.

Prochaine étape : Alleppey dans les backwaters. J’embarque à bord d’un houseboat ou Kettuvallam, large barge aux allures de sampan. Nous naviguons lentement sur les canaux entre palmeraies, rizières, villages de pêcheurs… La nature est luxuriante. Je savoure, seule, la beauté des scènes qui s’offrent à moi. Un grand moment !

A Thekkady, je peux me familiariser avec une multitude d’épices, que je connais bien mal…La vanille est une magnifique orchidée ; le poivre du Malabar est une liane grimpante  qui s’enroule autour d’un arbre ; la fleur de muscade est de toute beauté.  De vastes étendues de plantations de thé, d’hévéas, de cardamome jalonnent la route que nous empruntons.

Dans la soirée j’assiste à un spectacle de « Kalaripayatt » dans un petit centre d’art martial. C’est impressionnant ! Les hommes sont formés à une discipline de fer depuis leur plus jeune âge.

Départ vers le Tamil Nadu. Sur la route, les paysages de rizière, d’un vert éclatant sont superbes. Des femmes m’interpellent et m’invitent à me joindre à elles pour semer des bottes de riz. Je me déchausse pour mettre mes pieds dans la boue, ça les fait beaucoup rire !

Arrivée à Madurai. Le temple de Minakshi est un chef d’œuvre d’architecture dravidienne et de l’art Vijayanagar. Nous prenons un rickshaw pour traverser la ville mais nous sommes trop lourds pour ce vieux monsieur. Mon guide descend pour l’aider à avancer…Madurai est une ville typique et animée.

Nous voilà dans la région du Chettinad que l’on peut comparer à la région du Shekhawati au Rajasthan. Au XIXème siècle, une communauté de la caste des marchands s’est enrichie sous l’empire britannique. Ces fortunes ont permis de construire des maisons palatiales. Certaines sont d’un grand raffinement (carreaux de ciment, mosaïques, peintures murales…) d’autres plus ostentatoires. Le quartier est délaissé, les rues sont vides, les maisons à l’abandon…C’est étrange de se promener dans ces ruelles…Un homme me lit les lignes de la main et m’annonce ma mort à 79 ans ! Il paraît aussi que j’ai deux maris ! Déjeuner délicieux sur une feuille de banane à l’hôtel Bangala.

Petit arrêt à la fabrique de carreaux de ciment.

A Tanjore, je visite le temple, l’un des plus grands et des plus impressionnants de l’art Chola (XIème)

Il est intéressant car les plafonds sont ornés de très belles peintures et il est autorisé d’y entrer. En fin de matinée,  je rends visite à une famille d’artisans travaillant le bronze.

Nous poursuivons notre route, malheureusement le temps est gris et les couleurs sont ternes…Il commence à pleuvoir, de plus en plus…

La visite du temple de Darasuram se fait les pieds dans l’eau…Et le très joli temple de Gangaikondacholapuram (si j’arrive à retenir ce nom un jour !) sous la pluie. Quel dommage !

Darasulam (2)

Au fur et à mesure de notre avancée vers le nord, la pluie ne cesse de tomber…Les inondations ont commencé à Chennai…Je ne suis pas sûre de pouvoir visiter Pondichéry. A l’hôtel, je suis seule…, les clients ayant annulé leur venue, coincés ou jamais arrivés à Chennai pour la plupart…

Bonne nouvelle en me réveillant le lendemain. Une petite éclaircie nous permet de faire un tour de la ville à pied. Mon guide francophone est un passionné. Tout à Pondichéry est un curieux mélange de cette double influence. Le petit temple de Ganesh, au cœur de la cité coloniale est le seul temple où il soit possible de pénétrer dans le sanctuaire. L’église est très kitch, la vierge porte un sari, les vitraux sont de couleurs fluorescentes…

Je déguste un délicieux café franco-indien !

Je visite l’ashram de Sri Aurobindo. «Une spiritualité universelle pour une humanité nouvelle ». Cet ashram est au-delà de la religion hindoue et ne suit pas le système des castes, l’occasion d’aborder avec mon guide la complexité de cette philosophie !

Sur la route…

Mes hôtels…, un grand luxe !

A notre retour à la voiture, mon chauffeur Baloo nous attend impatiemment. Il faut vite repartir vers le sud et tenter d’avoir un autre vol intérieur pour assurer mon retour en France. En effet, l’aéroport de Chennai est fermé jusqu’à nouvel ordre…Me voilà partie pour un périple de près de 3 jours pour rentrer!

Les inondations de Chennai ont fait près de 300 morts. Du jamais vu depuis 100 ans, 1915.

Elisabeth de Joussineau, Directrice marketing

4 commentaires sur “Inde du Sud : récit de voyage (Karnataka – Kerala – Tamil Nadu)

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :